Tips Voyage

La Communauté française en Chine

La communauté française en Chine

Qui sont les Français de Chine ? Des hommes d’affaires, des fonctionnaires, des femmes, des enfants… Comment se sont-ils retrouvés à l’autre bout du monde ? Pour certains, il s’agit d’un choix délibéré ; d’autres se sont installés là « par hasard », se laissant porter par le vent. Pour certains, la Chine est une seconde patrie ; pour d’autres, elle est une nouvelle étape dans une vie de nomade des temps modernes, pour d’autres encore, elle constitue une première expérience à l’étranger.En dépit de la diversité des parcours et des expériences, tous les Français, à leur arrivée dans l’Empire du milieu, font face à un certain nombre de défis communs. Nous le savons tous, l’adaptation à la Chine commence dans la vie quotidienne. Elle nécessite une bonne dose d’ouverture d’esprit, de la flexibilité, de la tolérance, de la patience voire … le goût de l’aventure. Le sang-froid de la communauté française s’est notamment manifesté lors de la crise du SRAS en 2003. Le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, lors de sa visite en Chine, a rendu un hommage appuyé au courage des Français durant cette épreuve.Mais surtout, la communauté française joue un rôle essentiel : celui de tête de pont de la France en Chine. A l’heure où la Chine décolle économiquement, le dynamisme de la communauté française, qu’il se manifeste dans les domaines économique ou culturel, permet à la France de participer pleinement à cette aventure aux enjeux colossaux. Profitons de ce que la France soit à l’honneur cette année, en Chine, pour dresser un portrait de la communauté française qui y vit.

Sur l’ensemble du territoire chinois

Depuis une dizaine d’années, la communauté française en Chine se développe rapidement. La Chine fait figure de nouvel Eldorado et attire de nombreux cadres supérieurs, jeunes diplômés et étudiants. A l’heure actuelle, environ 14 000 Français résident en Chine, bien que seuls 10 000 d’entre eux soient immatriculés auprès des services consulaires français. La communauté française de Chine est la première communauté française en Asie. Le territoire chinois est divisé en cinq circonscriptions : Hongkong, Shanghai, Pékin, Canton et Wuhan. La circonscription de Hongkong rassemble à elle seule près de la moitié des Français de Chine. Ils étaient 4 660 à s’y être immatriculé en 2003, pour un total estimé à 6 000 résidents. En deuxième position, vient la circonscription de Shanghai, dont l’évolution est étonnante. Elle comptait 100 Français immatriculés en 1992 ; ils sont aujourd’hui 3 600. La communauté française de Shanghai représente la première communauté de ressortissants européens dans la ville de Shanghai. En nombre, elle est précédée des communautés américaine, coréenne et japonaise. Pékin occupe la troisième place, en rassemblant 2 526 Français immatriculés et une population non-immatriculée estimée à 1 000 personnes. La communauté française de Pékin a connu une croissance de 15,28 % entre 2003 et 2004. La circonscription de Canton rassemble, quant à elle, 700 Français, dont 460 immatriculés au 1e janvier 2003. La circonscription de Wuhan compte 200 ressortissants français qui sont pour la plupart établis dans le Hubei.

Une majorité de moins de 35 ans

La tranche d’âge la plus représentative est celle des 30-40 ans. Sur l’ensemble de la population française de Chine, les moins de 40 ans forment environ 70 % des immatriculés. A Hongkong, la moyenne d’âge est de 35 ans. Ceci est notamment dû à l’affluence des jeunes diplômés en Chine, à l’engouement pour le volontariat international en entreprise ou dans l’administration (VIE ou VIA) et au développement des échanges universitaires franco-chinois. En effet, de plus en plus de jeunes diplômés viennent en Chine pour échapper au chômage qui sévit en France. Ils espèrent aussi accéder plus rapidement à un poste à responsabilité. Ainsi, Axel, jeune diplômé d’une école de commerce, est arrivé en Chine sans préparation préalable et a vite trouvé un poste intéressant dans une entreprise chinoise. De même, de nombreux jeunes Français viennent effectuer un volontariat international en entreprise ou dans l’administration. Il s’agit de jeunes recrutés de France qui veulent travailler à l’étranger. Les entreprises apprécient beaucoup ces jeunes recrues qui s’installent en Chine pour un ou deux ans. Dans le domaine de la coopération universitaire, certains établissements français proposent désormais des formules innovantes en partenariat avec des universités chinoises. Ainsi, depuis septembre 2000, Sup de Co Reims (CESEM) a mis en place un cycle franco-chinois avec l’Université Tongji de Shanghai et l’Université of International Business & Economics de Pékin. La première promotion d’étudiants français est arrivée en Chine en 2000. Pour tous ces étudiants, il s’agit de suivre une formation axée sur l’international, sanctionnée par un double diplôme de management, après avoir passé deux ou trois années dans chacun des deux pays. Mathilde, étudiante du CESEM, dit particulièrement profiter de cette double formation qui permet d’avoir un diplôme reconnu dans les deux pays et de découvrir la vie en Chine sur le long terme. De nombreuses autres grandes écoles et universités concluent ainsi des partenariats. Ainsi, l’ENA avec l’Ecole d’Administration de Shanghai ; les Ponts et Chaussées avec l’Institut franco-chinois d’Ingénierie et de Management ; Normal Sup Paris et Lyon avec l’Université normale de Chine de l’Est. Au total, environ cinquante accords de coopération universitaire ont été signés par des établissements d’enseignement supérieur français dans la seule circonscription de Shanghai. Mais la quasi-totalité des étudiants français en Chine n’y étudient que la langue chinoise. Ils s’inscrivent pour la plupart dans les grandes universités telles que Qinghua et Beida à Pékin ou Fudan et Tongji à Shanghai.

Souvent en familles

La communauté française en Chine est avant tout une communauté familiale : 33% des Français de Chine sont des mineurs. Pour faire face à l’augmentation du nombre d’élèves à scolariser, les trois établissements scolaires français existants en Chine ont dû renforcer leurs effectifs. Le Lycée Victor Segalen de Hongkong est ainsi l’un des lycées français les plus importants d’Asie, il scolarise aujourd’hui plus de 1 200 élèves, de la maternelle à la terminale. Le collège et le lycée français de Hongkong occupent depuis 1999 un nouveau bâtiment. Les élèves de Pékin peuvent, quant à eux, s’inscrire au Lycée français de Pékin. Situé dans le quartier des ambassades, cet établissement privé conventionné et subventionné par l’Etat jouit d’une excellente réputation (96% de réussite au baccalauréat en 2002 avec plus de 60 % de mentions). Créé en 1964 pour les enfants des diplomates, il rassemble aujourd’hui 820 élèves, dont 67 % de Français. L’expansion de l’établissement est telle qu’un projet de construction d’un nouveau lycée pouvant accueillir jusqu’à 1 300 élèves est en cours d’étude. De la même manière, l’Ecole française de Shanghai qui comptait 400 élèves en 2002, se développe. Le projet de nouveau lycée français à Shanghai, d’une capacité d’accueil de 1 000 élèves, a été lancé et devrait aboutir en 2008. En 2002, 31 élèves étaient scolarisés à l’Ecole française de Canton qui a ouvert ses portes en 1997. Dans la circonscription de Wuhan, deux tiers des élèves sont scolarisés à l’école Citroën de Wuhan qui fonctionne aujourd’hui au maximum de ses capacités, tandis qu’une dizaine d’élèves suivent les cours de l’école Citroën de Xiangfan.
Mobiles et dynamiques

Les Français de Chine travaillent sous différents statuts. Ils peuvent être recrutés en France et sont alors des « expatriés » ou bien embauchés sous un contrat de droit local, auquel cas ils sont « recrutés locaux ». Les Français travaillent pour 90 % dans le secteur tertiaire (contre 69 % en 2001) et les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler (28,5 % en 2002). Les actifs sont majoritairement des hommes d’affaires et le nombre croissant d’implantations d’entreprises françaises en Chine va favoriser cette tendance. Il y a en effet plus de 500 entreprises françaises installées en Chine, à Hongkong, mais aussi dans les provinces côtières, à Shanghai ou à Canton. Les autres actifs sont des retraités, des chercheurs, des ingénieurs travaillant dans des secteurs de hautes technologies, des fonctionnaires, des soignants ou encore des chercheurs d’emploi. Le Consulat et la Chambre de commerce et industrie française en Chine travaillent conjointement à l’élaboration d’un Guide de l’emploi en Chine pour aider les chercheurs d’emploi dans leurs démarches. Les Français de Chine sont très mobiles : ils s’établissent le plus souvent, en Chine, pour une durée de trois à cinq ans. La communauté française se renouvelle donc assez rapidement et accueille constamment de nouveaux arrivants. Les arrivants étant toujours plus nombreux que les partants. La première difficulté relève de l’apprentissage de la langue. Il est difficile pour les non-sinisants de nouer des contacts autres que professionnels avec les Chinois. Au-delà de la barrière linguistique, les règles de vie en société sont également sensiblement différentes. Les Français de Chine font preuve d’un dynamisme réjouissant. Ainsi, des associations françaises et francophones fleurissent un peu partout à travers la Chine. Les Français ont mis en place des réseaux très efficaces, qu’il s’agisse de s’entraider ou d’organiser des loisirs en commun. La communauté française en Chine est ainsi en pleine ébullition. Elle manifeste un dynamisme de tous les instants, aussi bien au niveau économique que culturel. La Chambre de commerce et d’industrie française en Chine anime le monde des affaires et facilite les démarches des entrepreneurs en Chine. Sur le plan culturel, l’ouverture du Centre culturel français ainsi que les nombreuses manifestations culturelles organisées régulièrement permettent à la communauté française de se retrouver autour de références communes. Cette année, l’Année de la France en Chine met la France à l’honneur, mais l’image de notre pays auprès des Chinois dépend en définitive énormément du dynamisme dont nous pouvons faire preuve au quotidien.

(Source :ambafrance.cn.org)

Catégories :Tips Voyage

Tagué:

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s