Les critièrer d’ un bon interprète

L’interprétariat d’affaires est un exercice complexe et son résultat est un facteur clé dans un projet international. Le niveau de langue est bien important, mais les qualités exigées d’un bon interprète sont bien au-delà. Pour moi, un bon interprète doit remplir des critèrescités ci-dessus :

1 ) Avoir une connaissance solide de langue

Que ce soit dans l’une ou l’autre langue de traduction, il est nécessaire d’avoir une connaissance approfondie et une maîtrise des langues et des expressions.

Par exemple les temps n’existent pas en chinois comme en français. L’emploi de certains temps pour exprimer la probabilité, la potentialité, nécessite une connaissance approfondie et une pratique sur la durée.

2 ) Être averti

Parce que dans le domaine de l’interprétariat commercial import-export, il est non seulement nécessaire de connaître les cultures chinoise et française, mais qui plus est, les pratiques commerciales du monde de l’import-export.

Par exemple, si l’on ne connait pas les incotermes, les procédures de déclaration à la douane, pour les plus basiques, traduire les propos des interlocuteurs devient alors compliqué et approximatif.

3 ) Rester neutre

La mission d’un interprète au sens strict est de traduire les paroles des interlocuteurs d’une langue à l’autre pour permettre la compréhension. Il est donc très important de limiter au maximum son avis personnel .

Par exemple, introduire son avis propre lors d’une discussion technique entre client et usine n’est pas justifié si l’interprète n’est pas ingénieur lui-même.

4 ) Être vif d’esprit

La réactivité et la compréhension rapide du contexte, des enjeux et des sens implicites sont des atouts clefs pour assurer une traduction fidèle.

Par exemple, dans le cas ou l’interprète ne connait pas un terme technique, ou ne saisit pas instantanément le sens de l’expression utilisée par une partie, il est important de pouvoir réagir vite et implémenter une solution pour éviter de casser le rythme de la conversation.

5 ) Se tenir à une éthique

l’éthique de travail est indispensable pour le professionnalisme, tout autant que le respect de la confidentialité exigée par certaines entreprises.

Par exemple, dans le cas d’une participation à une réunion importante à laquelle de grands entrepreneurs assistent, ou même de petites missions, les parties préfèrent savoir que certains propos entre eux et collègues de même culture, ou leur interprète sont tus.

6 ) Préserver la stabilité :

Le contrôle de soi (mental et physique) en toute occasion, est primordial. Le client ne peut, et ne doit pas pas subir les conséquences d’un interprète incapable de contrôler ses humeurs ou son corps au travail.

Par exemple, suivre des heures de travail plutôt régulières et rester conscient que sa propre tenue joue un rôle, même secondaire, dans les échanges, est plus favorable que d’être handicapé par une fatigue trop intense qui perturbe l’efficacité et la qualité du service.